Ressusciter un patrimoine disparu : la 3D au service du théâtre du Palais-Royal

Comme beaucoup de salles de spectacles, le théâtre du Palais-Royal disparut dans un incendie. Le 6 avril 1763, entre 11h et midi, le feu prit dans la salle de l’Opéra et se communiqua aux parties adjacentes du palais. Les ruines furent ensuite abattues pour laisser place, après plusieurs années de travaux, à une nouvelle salle qui partit également en fumée en 1781. Aucun élément matériel ne subsiste donc de ce théâtre qui se situait à l’emplacement actuel du Conseil d’Etat, donc très bien situé, face au Louvre. Heureusement ce bâtiment, aujourd’hui disparu, a laissé des sources diverses : dessins, plans, estampes, marchés ou devis qui nous permettent aujourd’hui de nous lancer dans ce projet.

 

Vue du feu prit à la salle de l’Opéra de Paris le 6 avril 1763, 1763, estampe aquarellée, 26 x 40 cm, Paris, BNF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (1)-FOL

 

Petite histoire de l’édifice

 

L’histoire de ce théâtre (rappelée brièvement ici et dans la chronologie succincte) est bien connue pour avoir été étudiée depuis longtemps. Lorsqu’il fut construit à la demande de Richelieu au sein de son palais, ce théâtre était alors le plus moderne et le plus luxueux de Paris. C’est l’architecte Jacques Lemercier qui conçut ce théâtre. Il fut inauguré en 1641, avec une pièce de Desmarets intitulée, Mirame. Sur le modèle des théâtres de cour italiens, il était dès l’origine équipé d’une machinerie capable de produire des effets et des changements de décor sur scène. Il se distinguait alors des traditionnels jeux de paume aménagés par les troupes de comédiens.

 

Stefano Della Bella, Acte 5 de “Mirame”, 1641, estampe, Paris, BnF, Estampes et photographie, collection Hennin, t. 34, 3080

 

Peu de sources visuelles contemporaines permettent de connaître précisément ce premier état du théâtre, sinon les estampes de Della Bella accompagnant la publication de la pièce Mirame et une peinture montrant Richelieu (ou Mazarin) assistant à une représentation. Comme souvent, l’artiste a pris de nombreuses libertés et sa représentation ne correspond pas à la description de la salle par Henri Sauval, qui avait entrepris au milieu du XVIIe siècle une histoire des monuments de Paris. Sauval nous donne plusieurs informations importantes : sur les dimensions du théâtre, la disposition de la salle et de son décor. On sait ainsi que la galerie supérieure, visible dans le tableau était un trompe-l’œil et que la salle, contrairement à la représentation, était entièrement construite en amphithéâtre.

 

Juste d’Egmont, Présentation du ballet “La Prospérité des armes de la France” à la grande salle du théâtre du Palais-Cardinal, le 7 février 1641, peinture en grisaille sur panneau de chêne, Paris, Musée des Arts Décoratifs, 18344

 

Richelieu mourut un an après l’inauguration de son théâtre, qui servit donc peu. Il légua son palais au roi et c’est ainsi que le Palais-Cardinal devint le Palais-Royal.

Ce ne fut qu’en 1660 que le roi fit attribuer à Molière et sa troupe le théâtre de son palais. La salle n’était plus alors la plus luxueuse de Paris car une nouvelle salle appelée « salle des Machines » était en train d’être édifiée dans le palais des Tuileries. De plus, malgré quelques utilisations dans les années 1640 et quelques améliorations de la machinerie, la salle fut délaissée et était en mauvais état lorsque Molière s’y installa. Plusieurs réparations et aménagements furent donc réalisés.

Heureusement pour nous, des relevés nous permettent de connaître les aménagements de la salle au temps de Molière (voir la liste des sources visuelles). En effet, à la mort de Molière, Lully réussit à obtenir la salle pour y installer l’Opéra. Il demanda alors l’autorisation d’y effectuer des travaux et fit réaliser par le décorateur Carlo Vigarani, des plans et des coupes annotées pour montrer les travaux projetés. Les échelles, en toise, permettent de connaître les dimensions précises du lieu et les annotations permettent d’avoir une idée plus précise de l’état de la salle avant les travaux.

 

Vigarani, Carlo (annotations), Plan de la salle des Comédies du Palais Royal, 1673, dessin à la plume et encre brune, 54 x 44 cm, Paris, BnF, Estampes et photographie, RESERVE HA-18 (A, 1)-FT 4

 

Vigarani, Carlo (annotations), Coupes longitudinale et transversale de l’ancienne salle avec projets de transformation, 1673, dessin à la plume et encre brune, 42 x 58,4 cm, Paris, BnF, Estampes et photographie, RESERVE HA-18 (A, 1)-FT 4

 

Depuis sa création la salle conserva, à l’intérieur des murs, les mêmes dimensions : environ 35 m de long par 17 m de large. Sa toiture faite de poutres de 20 m de long particulièrement fines fut admirée comme une prouesse technique. Pour la scène, les dimensions au temps de Lully étaient un peu plus vastes, car il se débarrassa du cadre de scène. Donc au plus large elle mesurait 9,5 m pour environ 17 m de long, ce qui est bien différent des proportions dont on à l’habitude dans les théâtres contemporains. Mais tant que le système de couverture permettant d’assembler deux poutres côte à côte sans avoir besoin de pilier ne fut pas inventé, la largeur des salles de spectacle était contrainte par la dimension des arbres.

D’autres plans et coupes, datant de l’installation de Lully dans ce théâtre, permettent de voir les changements qu’il y fit opérer, tant pour la machinerie que pour les loges. Enfin, d’autres sources plus tardives seront d’une grande aide pour mieux connaître ce bâtiment qui connut plusieurs métamorphoses au fil des décennies.

 

Coupe longitudinale de la salle du Palais Royal au temps de Lully, 1673-1674 vers, dessin à la sanguine, 36 x 56 cm, Stockholm, Nationalmuseum, NMH CC 176

 

Projet de construction d’un nouvel Opéra, 1752, Paris, Archives nationales, N III, Seine, 566

 

Le travail de reconstitution 3D

 

De part son importance, cette salle de spectacle a bien évidemment déjà suscité l’intérêt des chercheurs. Les travaux de Jan Clarke et de Philippe Cornuaille sur les théâtres et les décors de Molière ainsi que ceux de Jérôme de La Gorce sur Carlo Vigarani avaient mis en lumière des sources très précieuses pour cette étude. Un projet même de reconstitution 3D de la salle a été mené en 2000 par Christa Williford (voir la présentation en ligne : http://people.brynmawr.edu/cwillifo/pscp/royal.htm).

 

Christa Williford, Modèle 3D d’après les recherches de Christa Williford et Roger Herzel, 2006

 

Toutefois, jusqu’à maintenant aucun modèle complet 3D permettant de circuler dans ce théâtre n’a été réalisé. De plus, les méthodes de modélisation et de visualisation ont considérablement évoluées ces quinze dernières années, ce qui permet de proposer, à partir de nouvelles recherches historiques sur le sujet, de nouvelles hypothèses.

Pour mener à bien ce projet, les compétences de deux instituts de Sorbonne Université ont été réunis :

  • l’Institut des Sciences du calcul et des données, pour la partie visualisation 3D
  • l’Observatoire des patrimoines (OPUS), pour la partie histoire de l’art

En unissant ces deux compétences, nous espérons pouvoir proposer des réponses, ou au moins des hypothèses convaincantes, à des questions essentielles et pourtant restées en partie en suspend. Pour cet édifice entièrement disparu, “bâtir” un modèle, permet de tester des hypothèses, confirmer ou infirmer des intuitions véhiculées par les sources incomplètes et enfin donner à voir un espace, tenter de rendre une atmosphère lumineuse et montrer un dispositif de machinerie complexe réparti sur plusieurs niveaux. Ainsi, les conditions de visibilité de ces spectacles en fonction de la place occupée dans la salle pourront être beaucoup mieux appréhendées. La circulation dans l’édifice pour le public et les comédiens seront rendus plus lisibles. La place dont pouvait disposer les comédiens, les danseurs, les chanteurs ou les musiciens sur scène ou en coulisse entre décor, machines, structure du théâtre et spectateurs installés sur la scène, pourra être mesurée. Ou encore, les effets de la lumière sur les décors et sur l’ambiance générale de la salle pourra être proposée.

Ainsi, nous espérons que ce projet permettra de mieux connaître l’une des principales salles de spectacle de Paris sous l’Ancien Régime qui accueillit les pièces de Molière puis les opéras de Lully. Ce projet devrait pouvoir contribuer également au travail de reconstitution de spectacles « historiquement informés », comme ceux produits par le Théâtre Molière Sorbonne et plus largement aider à une meilleure compréhension des lieux de spectacle au XVIIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search