La disposition des loges à l’époque de Molière

Dès les débuts du travail de modélisation 3D, un problème important est apparu : comment disposer les loges du théâtre à l’époque de Molière ? Le marché de maçonnerie et de charpenterie passé en 1660 prévoit la construction de deux étages de loges sur les côtés et un seul au fond de la salle, chacune de 6 pieds de large et séparées par des appuis à mi-hauteur. Le deuxième étage était composé de dix-sept loges. Malheureusement, les plans levés par le décorateur Carlo Vigarani, pour l’installation de l’Opéra après le déménagement de la troupe de Molière, ne donnent aucune indication sur ces loges car les comédiens français les avaient fait démonter pour pouvoir réutiliser le bois dans leur nouveau théâtre.

1. Vigarani, Carlo (annotations), Plan de la salle des Comédies du Palais Royal, 1673, dessin à la plume et encre brune, 54 x 44 cm, Paris, BnF, Estampes et photographie, RESERVE HA-18 (A, 1)-FT 4

Les seules indications données par ces plans concernent les galeries alors “délabrées” du théâtre de Richelieu (fig. 1). Il est fort probable donc que ces galeries, marquées E sur le plan, n’avaient pas été détruites à l’installation de la troupe et servaient de couloirs aux nouvelles loges. Les deux escaliers de chaque côté montant aux deuxième loges dataient eux aussi probablement de l’époque de Richelieu.

Jusqu’alors, on avait considéré que la troupe de Molière avait disposé ses loges en rectangle, le long des murs de la salle, comme il était d’usage dans les jeux de paume, suivant ainsi parfaitement la disposition des vieilles galeries. C’est ce que Christa Williford proposa dans sa reconstitution 3D du théâtre en 2006 (fig. 2).

2. Modélisation 3D du théâtre du Palais-Royal au temps de Molière par Christa Williford, d’après les recherches de Roger Herzel et Christa Williford

Pour permettre la circulation dans le théâtre, notamment autour des escaliers d’angle, il est nécessaire d’avancer considérablement les loges du fond, dont les poteaux de soutien viennent envahir l’amphithéâtre. Dans cette reconstitution l’espace de l’amphithéâtre paraît encore convenable par rapport au nombre de places qui ont pu être vendues pour cet espace (jusqu’à 124), mais un élément important a été négligé : l’état du théâtre à cette époque. En effet, aucune étude n’avait encore mis en évidence que des étais avaient été placés au milieu de l’amphithéâtre pour soutenir les poutres cassées de la charpente. Pourtant, c’est ce que nous apprennent les relevés pour travaux de Vigarani (fig. 3) : « FF. Deux poutres, qui portent le logement de Monsieur le Comte du Plessis, lesquelles sont estayées par dessous et dont les estais se rencontrent dans le milieu de la salle. Il est nécessaire de ranger lesdits estais et chercher les moyens d’assurer et descharger lesdites poutres par-dessus. »

3. Vigarani, Carlo (annotations), Coupe longitudinale de l’ancienne salle des comédies du Palais-Royal avec projets de transformation, 1673, dessin à la plume et encre brune, 42 x 58,4 cm, Paris, BnF, Estampes et photographie, RESERVE HA-18 (A, 1)-FT 4

L’emplacement des étais est matérialisé sur le plan (fig. 1) par des carrés. Ils correspondent parfaitement aux emplacements des poutres de la charpente indiqués sur le même plan par des doubles traits. Nous avons donc pu les replacer sans difficulté dans le modèle 3D. Ainsi plantés au milieu de la salle, ces poteaux changent de façon importante notre perception de cet espace. Les premiers essais de modélisation ont bien mis en évidence la difficulté de réserver à la fois un espace suffisant au niveau de l’amphithéâtre et une circulation autour des escaliers d’angles (fig. 4). Dans ce premier essai, il est impossible de circuler autour des escaliers. C’est ce qui a obligé Christa Williford à avancer de façon importante les loges du fond.

4. Travaux de modélisation par Roman Duvivier, janvier 2022 © Sorbonne Université, ISCD

Nous avons donc testé une nouvelle disposition, cette fois en disposant les loges en forme de U, comme le propose Vigarani pour l’installation de l’opéra dans son plan (fig. 1). Là encore elles empiètent considérablement sur l’amphithéâtre et sont peu compatibles avec l’emplacement des étais. Des loges de côté se trouvent au ras des étais.

5. Travaux de modélisation par Roman Duvivier, janvier 2022 © Sorbonne Université, ISCD

Enfin, une troisième solution a été testée : disposer les loges d’angle en biais afin de ménager un espace suffisant pour la circulation entre les loges et les étages, en empiétant le moins possible sur l’espace de l’amphithéâtre.  Si cette disposition paraît la plus logique, elle semble aussi confirmée par une expression employée dans le marché de charpenterie et de maçonnerie. En effet, il y est demandé aux artisans de bien maçonner le fond des loges, les couloirs et les « pandz couppez des angles », ce qui semble indiquer que certains murs n’étaient pas droits. En disposant ainsi les loges en biais dans les angles, cela offre les meilleures facilités de circulation et n’entrave que peu les places de l’amphithéâtre. C’est donc la forme des loges que nous avons choisi d’adopter pour la modélisation. Cela reste bien évidemment une hypothèse, mais elle est renforcée par le fait qu’on retrouve une disposition semblable dans d’autres théâtres du XVIIe siècle.

6. Travaux de modélisation par Roman Duvivier,  janvier 2022 © Sorbonne Université, ISCD

7. Travaux de modélisation par Roman Duvivier,  avril 2022 © Sorbonne Université, ISCD

En 1671, pour le reprise de Psyché au Palais-Royal, des travaux furent effectués dans la salle et un troisième rang de loges fut ajouté. Nous savons qu’il ne pouvait contenir qu’un petit nombre de spectateurs par rapport aux secondes loges (jusqu’à 206 billets de secondes loges furent vendus contre 78 de troisièmes loges). Ce troisième niveau n’occupait peut-être que le fond de la salle ou que les côtés. Toutefois, sans nouvelles sources permettant de trancher, nous avons pour le moment laissé “ce paradis”, comme on l’appelait alors, couvrir l’ensemble de la surface des autres loges.  

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search